De l’art contemporain flottant…


Pour prolonger vos vacances, le BAE vous propose de découvrir un yacht pas comme les autres, un yacht de rêve !

Magnifique pièce monumentale, ce bateau n’est pas un lego mais il  y ressemble fortement.

yacht guilty jeff koons

Voici sa notice technique : – Rizzardi est son constructeur – son nom est Guilty  (« Coupable ») – sa taille est de 114 ft sur 35 m – 2008 est son année de naissance – son look est signé Jeff Koons – son architecture est conçue par Ivona Porfiri – le millionnaire et collectionneur Dakis Joannou est son propriétaire


Guilty, yacht unique, peut vous faire voir l’océan autrement grâce à sa touche Liechtenstein…

Son créateur, maître du pop version scandale n’est autre que Jeff Koons… Dans ce projet, l’artiste ne joue t’il pas la carte de la confusion entre un bateau de plaisance et un navire de guerre ?

En effet, Koons semble associer l’image d’un yacht (mais aussi ses symboles de luxure absolue, de voyage, d’évasion,  ou encore de loisirs ou d’intimité) au désir de conquête de nouveaux territoires, au gigantisme, au combat et à l’exposition physique d’une surpuissance. Ainsi, l’artiste s’approprie l’objet en le questionnant esthétiquement et plastiquement. Il faut noter que Koons à recourt à la technique du camouflage. Celle-ci permet un impact visuel interpellant et parvient à modifier l’image du Yacht traditionnel : un motif  camouflage utilisé par l’artiste semble tuer l’idée du camouflage lui-même, au final illusoire. Les couleurs grossièrement employées contribuent à renforcer l’aspect « bling » d’un yacht. D’où la provocation faite par Koons au monde de l’industrie navale. Usant de manière choc de la culture kitsch, il parvient à réformer la convention esthétique du Blanc classique du bateau de plaisance. Guilty est par conséquent repérable et repéré parmi les siens…de quoi inspirer les marketeurs pour glorifier un produit de luxe parmi les autres.

Ainsi, le faux camouflage de Koons ne semble pas permettre de yachter en toute discrétion …La question est désormais de savoir si cette technique est un moyen de produire  de l’art contemporain en mouvement ou de posséder un joli jouet ? L’un ou l’autre, il s’agit bien de faire son show et de se faire remarquer! A quoi bon se sentir coupable !

Publicités

About this entry